Gynécomastie
Médicaments responsables

Traitement et gynécomastie : les médicaments responsables

Médicament et gynécomastie

Certains médicaments sont responsables de la poussée de glande mammaire chez l’homme. En pratique, devant une gynécomastie récente, le premier réflexe est de vérifier les effets secondaires des médicaments chez votre médecin de famille.

Médicament responsable d’hypertrophie mammaire

  • Gel percutané et oestrogènes du traitement du cancer de la prostate
  • Les androgènes, mais aussi les anti-androgènes (acétate de cyprotérone, flutamide, kétoconazole, spironolactone, cimétidine)
  • Les inhibiteurs de la 5-α-réductase (finastéride)
  • Les œstrogènomimétiques (digoxine, isoniazide)
  • Les anti-dopaminergiques (sulpiride, métoclopramide, tiapride, phénothiazine, risperidone)
  • Certaines chimiothérapies
  • Les inhibiteurs de l’urico-synthèse (allopurinol)
  • Le traitement anti-HIV: anti protéases (indinavir), et inhibiteurs de la reverse transcriptase (stavudine)
  • Les agonistes du GnRh

Il est à noter que les drogues, héroïne, haschich, marijuana et les produits dopants, les amphétamines et l’alcool peuvent aussi provoquer une gynécomastie.